Category Archives: Allgemein

Switzerland and Israel update existing trade agreement and allow for more trade in agricultural products

Le Conseil fédéral va moderniser le commerce agricole avec Israël


Berne, 21.04.2021 – La Suisse et Israël ont décidé de moderniser le volet agricole de l’accord de libre-échange (ALE) entre les États de l’AELE et Israël. Dans cette perspective, le Conseil fédéral a arrêté le 21 avril 2021, les modifications d’ordonnance pour mettre en œuvre les concessions tarifaires prévues par cette modernisation. Ces modifications renforceront les relations entre la Suisse et Israël en matière de commerce agricole.

L’accord agricole entre la Suisse et Israël et le protocole A actualisé de l’ALE entre les États de l’AELE et Israël sont disponibles sur le site internet du Secrétariat de l’AELE: http://www.efta.int > Global Trade Relations > Free Trade Agreements and Trade Relations by Partners > Israel > “Bilateral Agreements on Agriculture” et > “Joint Committee Decisions”. Ces textes sont des versions provisoires. Les versions définitives qui seront publiées sous http://www.droitfederal.admin.ch font foi.

Lire: https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-83185.html

More money for export promotion in Switzerland

Plus d’argent pour la promotion des exportations suisses

Le Conseil fédéral améliore l’accès aux projets d’infrastructures étrangers

Berne, 21.04.2021 – Le 21 avril 2021, le Conseil fédéral a décidé de continuer à renforcer l’accès des entreprises suisses aux grands projets d’infrastructures étrangers. Il entend mettre l’accent sur le développement de la coordination entre, d’une part, l’industrie suisse et, d’autre part, les services pertinents de l’administration fédérale et les instruments d’encouragement de la Confédération. De même, il souhaite permettre une identification ciblée des opportunités commerciales et une mise en adéquation efficace de l’offre suisse avec la demande étrangère.

En Suisse, les compétences et les connaissances en lien avec les grands projets d’infrastructures étrangers sont réparties entre différents acteurs publics et privés. Fin 2019, le Conseil fédéral a donc décidé de créer au sein du Secrétariat d’État à l’économie (SECO) un service central de coordination, qui a permis une meilleure mise en réseau des acteurs. De plus, de premières mesures de soutien dans les domaines de la diplomatie économique, de l’assurance contre les risques à l’exportation et de leur financement ainsi que de la promotion des exportations sont venues compléter les efforts de l’économie privée.

La pandémie a continué de modifier le marché des grands projets internationaux. Actuellement, la demande de solutions innovantes en matière de développement durable enregistre une hausse. L’émergence progressive d’initiatives de relance a mené à une intensification de la concurrence internationale pour ce type de mandats. Par ailleurs, l’importance des instruments numériques de prospection des marchés n’a de cesse de croître, ce qui offre à l’industrie suisse d’exportation des opportunités supplémentaires pour se positionner, en particulier dans les domaines de l’innovation et de la durabilité.

Par décision du 21 avril 2021, le Conseil fédéral met à disposition un total de 7,8 millions de francs pour la période de 2022 à 2024. Cette somme vise à poursuivre le renforcement du réseau suisse, dont les différents acteurs, tels que l’agence de promotion des exportations Switzerland Global Enterprise (S-GE), l’Assurance suisse contre les risques à l’exportation (SERV) et certains services fédéraux spécialisés, continueront de développer leurs activités de manière ciblée et coordonnée, en collaboration avec les associations intéressées. Les mesures supplémentaires ont également été discutées lors de la table ronde du 26 janvier 2021 sur l’industrie d’exportation. Il est notamment prévu de créer une plateforme numérique, qui aura pour but la mise en adéquation efficace et efficiente de l’offre et de la demande en matière de grands projets d’infrastructures. La SERV, pour sa part, intensifiera ses efforts pour entrer en contact avec les entreprises générales et porteurs de projets potentiellement intéressés par l’acquisition de produits et services suisses. Des mesures spécifiques à S‑GE relatives aux infrastructures et aux cleantech ainsi que des formations pour le personnel du réseau extérieur sont également prévues. Pour décrocher des mandats et bénéficier d’une visibilité suffisante parmi la concurrence internationale, il est crucial d’identifier rapidement les projets, d’entretenir de bonnes relations avec ses partenaires et d’apporter un soutien accru aux exportateurs locaux grâce aux Swiss Business Hubs et aux ambassades.

Les résultats de l’application de ces mesures figureront dans le message sur la promotion économique pour les années 2024 à 2027.


Adresse pour l’envoi de questions

Communication DEFR
058 462 20 07
Info@gs-wbf.admin.ch

Lire: https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-83187.html

International Commodities Trade: Swiss Federal Council says to remain committed to a competitive, integrated business hub

Commerce international de matières premières: le Conseil fédéral suisse promet de continuer son engagement pour une place économique compétitive et intègre

Berne, 21.04.2021 – Le Conseil fédéral a approuvé le 21 avril 2021 le premier rapport concernant l’état d’avancement de la mise en œuvre des recommandations du rapport de 2018 sur le secteur suisse des matières premières. Il montre que d’importants progrès ont été réalisés en vue d’améliorer les conditions-cadres pour le secteur des matières premières tout en renforçant son intégrité.

Le 30 novembre 2018, le Conseil fédéral avait formulé 16 recommandations dans son rapport « Le secteur suisse des matières premières : état des lieux et perspectives ». Le présent rapport montre que des progrès essentiels ont été réalisés dans les domaines de la compétitivité, de la force d’innovation, de l’intégrité, de la durabilité des pratiques du secteur ainsi que du dialogue avec les parties prenantes (les cantons, les entreprises ainsi que les ONG).

Le secteur des matières premières, avec particulièrement l’activité du négoce, continue d’être l’une des branches économiques importantes pour la Suisse. Les nouvelles statistiques publiées en mars par l’Office fédéral de la statistique (OFS) montrent que la Suisse compte quelque 900 entreprises actives dans le négoce de matières premières. Ces dernières emploient près de 10’000 personnes sur le territoire national. Ces acteurs sont épaulés par un ensemble de professions important comportant des activités connexes telles que le financement, la certification et le transport.

De l’avis du Conseil fédéral, les grandes orientations des travaux en cours, à savoir le renforcement de la position de la Suisse en tant que place économique compétitive, écologiquement et socialement responsable, et l’engagement pour une meilleure gouvernance du secteur au niveau international demeurent pertinentes. Depuis la publication du rapport en novembre 2018, la Suisse s’est concentrée sur la mise en œuvre de ses recommandations pour adresser les défis concrets, notamment dans le domaine de l’or, du financement du négoce, de la transparence et du soutien à la recherche. Le travail commun des offices de l’administration fédérale a permis d’assurer le bon flux d’informations avec les partenaires externes. Cette approche coordonnée renforce la position de la Suisse pour contribuer au développement de standards multilatéraux applicables dans le secteur des matières premières.

La Suisse poursuivra son engagement en faveur de règles du jeu équitables (level playing field) au niveau mondial et continuera à promouvoir des pratiques responsables tout en maintenant le dialogue avec les différentes parties prenantes. A cet effet, la plateforme interdépartementale « Matières premières » sera maintenue et poursuivra les travaux en cours.

https://www.admin.ch/gov/en/start/documentation/media-releases.msg-id-83190.html

Ousted Myanmar leaders form parallel national unity government to challenge military junta

Ousted Myanmar leaders form parallel national unity government to challenge military junta

Photo by Athena on Pexels.com

Ousted Myanmar lawmakers and opponents of the military junta hitherto constituting the Committee Representing Pyidaungsu Hluttaw have officially announced the formation of a National Unity Government (NUG) as part of a push to restore democracy in the country and end the military coup d’état begun on February 1.

The President of this parallel civilian authority is U Win Myint, Myanmar’s ousted former President. Similarly, its State Counselor is Aung San Suu Kyi who was overthrown by the military. The NUG aims to carry out the duties entrusted to it by the citizenry of Myanmar and return to the pre-coup functioning of the Pyidaungsu Hluttaw, the country’s bicameral legislature.

The NUG has said it will implement the demands set out in the Pyidaungsu Hluttaw Representative Statement No. (1/2021) issued on 3 February 2021. It calls for the release of all detainees which includes Win Myint and Suu Kyi. It advises international parliaments and diplomats to contact it, saying it will be responsible for forming a government and working with the United Nations as well as other members of the international community.

Commentators in the international community have called for the NUG’s legitimacy to be recognized.

General Secretary of the International Trade Union Confederation, Sharan Burrow, commented:

This is the legitimate government of Myanmar reflecting the will of the people as expressed in the November elections. The international trade union movement [recognizes] its legitimacy and so should the entire international community. The military junta, which is continuing its murderous campaign against the people of Myanmar, should be completely isolated. Governments should have nothing to do with it and all businesses must sever any economic ties they have with the military. Failure to do so means direct complicity in mass murder of people who yearn for democracy and freedom from violent oppression.

Burrow’s view is reportedly shared by several nations. The NUG’s Minister for Home Affairs and Immigration, Lwin Ko Latt, told local media that several countries will soon endorse the NUG as Myanmar’s legitimate government and eschew the military junta.

The post Ousted Myanmar leaders form parallel national unity government to challenge military junta appeared first on JURIST – News – Legal News & Commentary.

EU Council sanctions individuals and companies over Myanmar coup

EU Council sanctions individuals and companies over Myanmar coup

Photo by Specna Arms on Pexels.com

The Council of the EU announced Sunday that it is imposing sanctions on 10 individuals and two companies over the Myanmar coup. The sanctions are the second wave of sanctions imposed by the Council over the coup.

The companies sanctioned, Myanmar Economic Holdings Public Company Limited and Myanmar Economic Corporation Limited, are both controlled by the Myanmar Armed Forces (Tatmadaw), which overthrew the democratic government and took power on February 1. The individuals sanctioned “are all responsible for undermining democracy and the rule of law in Myanmar/Burma, and for repressive decisions and serious human rights violations.”

The EU Council said the sanctions target the Tatmadaw’s economic interests. The sanctions include a ban on travel, freezing assets, and barring both companies and individuals in the EU from financially supporting those sanctioned. Measures that were already operating before Sunday’s announcement include “an embargo on arms and equipment that can be used for internal repression”, banning exports of dual-use goods, restricted exports of communications monitoring equipment, barring military training and cooperation with the Tatmadaw, and stopping all forms of assistance for the military junta.

The EU Council commented:

Today’s decision is a sign of the EU’s unity and determination in condemning the brutal actions of the military junta, and aims at effecting change in the junta’s leadership. Today’s decision also sends a clear message to the military leadership: continuing on the current path will only bring further suffering and will never grant any legitimacy.

Sunday’s sanctions follow just weeks after the EU Council announced its first wave of sanctions. 11 individuals were sanctioned by the EU Council in late March. Those individuals were high-ranking Tatmadaw officers and key players in the ousting of elected State Counselor Aung San Suu Kyi.

The EU Council is among the swathe of individuals and organizations who have condemned the coup. The coup has devastated the country. Hundreds of individuals have been killed by the Tatmadaw and police carrying out crackdowns on dissent. The impact on persons living in the country has been harrowing, but the citizenry’s strength and resilience are evident in the widespread peaceful pro-democracy protests permeating the country.

The post EU Council sanctions individuals and companies over Myanmar coup appeared first on JURIST – News – Legal News & Commentary.

The Swiss foreign ministry says Russia has violated the European Convention on Human Rights that it had agreed to respect in the case of Alexei Navalny

The Swiss foreign ministry says Russia has violated the European Convention on Human Rights that it had agreed to respect in the case of Alexei Navalny

Photo by Donald Tong on Pexels.com

Read: https://www.swissinfo.ch/eng/politics/switzerland-expresses-concern-about-navalny-s-health/46549444

Le Département fédéral des affaires étrangères DFAE recherche un/e: Spécialiste Proche-Orient, Section Paix – MENA, DPDH

Le Département fédéral des affaires étrangères DFAE recherche un/e: Spécialiste Proche-Orient, Section Paix – MENA, DPDH

80 – 100% / Berne
La Division Paix et droits de l’homme (DPDH) recherche un/e spécialiste pour renforcer son desk Proche-Orient.
Rattaché à la section Paix – MENA, le desk Proche-Orient est chargé de la mise en œuvre de projets et de programmes dans les domaines suivants : bons offices en vue d’un dialogue israélo-palestinien et intra-palestinien, respect du droit international et des droits de l’homme, ainsi que le renforcement de l’Etat de droit. Le desk suit également activement les développements liés à ce contexte dans les enceintes multilatérales pertinentes.

Vos tâches

En accord avec la responsable du desk et la direction de la section, vous mènerez à bien les tâches suivantes :

  • Contribuer à l’identification des opportunités et à l’orientation stratégique de l’unité d’organisation.
  • Rédiger des propositions / demandes de projets, assurer le suivi administratif et financier, contrôler et évaluer des projets.
  • Rédiger des notes d’informations, des notes de discussion et des contributions de dossiers sur la situation politique, et définir des objectifs stratégiques et opérationnels dans les pays cibles, à l’intention d’autres services fédéraux.
  • Dans le cadre de la politique multilatérale en lien avec le dossier, analyser les projets résolutions en vue du positionnement de la Suisse, et contribuer à la rédaction des déclarations.
  • Contribuer à la rédaction de réponses aux questions de parlementaires, de médias et de citoyens.
  • Communiquer avec les partenaires de projet et le/la conseiller/ère en sécurité humaine pour à Ramallah.
  • Organiser des réunions et des conférences.
  • Analyser régulièrement la situation politique et mettre à jour les fiches pays.
  • Coordonner la communication des activités et initiatives de la section sur les réseaux sociaux de la DPDH.

Votre profil

  • Diplôme universitaire (master ou licence)
  • Au moins deux ans d’expérience professionnelle. Idéalement, expérience dans le domaine de la promotion de la paix et de la gestion du cycle de projet, excellents connaissances du Proche-Orient et du contexte israélo-palestinien.
  • Intérêt pour le traitement de questions ayant trait à la politique de paix et aux droits de l’homme dans la région MENA, et pour les mécanismes onusiens
  • Bonnes connaissances des contextes, excellentes capacités d’analyse et de synthèse, très grande aisance rédactionnelle en français et/ou en allemand, excellent niveau d’anglais, arabe/hébreu un atout.
  • Capacité à suivre et à évaluer les événements d’actualité pertinents dans les pays cibles, à en tirer des conclusions opérationnelles et à formuler des recommandations de manière claire et compréhensible.
  • Expérience en gestion de projet et en organisation d’événements, capacité à poser des priorités et à assurer, même sous pression, un travail précis et axé sur les résultats.
  • Capacité à saisir rapidement les enjeux, résistance au stress, flexibilité et esprit d’équipe.

Informations complémentaires

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous adresser à Mme Emilie Bay-Scheidegger, chargée de programme Proche-Orient, tél. +41 58 48 08907.

Délai de postulation: 25.04.2021
Entrée en fonction : 01.06.2021
Durée du contrat : 2 ans Numéro de référence: 45373

Pour postuler

L’Office fédéral de la communication OFCOM recherche un/e: Conseiller/Conseillère de l’OFCOM à la Mission suisse auprès de l’Union européenne

L’Office fédéral de la communication OFCOM recherche un/e: Conseiller/Conseillère de l’OFCOM à la Mission suisse auprès de l’Union européenne

80% / Bruxelles, Belgique Notre expertise au service de l’avenir.
Au sein de la Mission de la Suisse auprès de l’Union européenne, vous êtes responsable du suivi de l’évolution de la législation et de la réglementation de l’UE et des activités y afférentes dans les domaines de compétence de I’OFCOM. Vous aidez les experts de l’OFCOM à identifier les conséquences possibles pour la Suisse et la législation nationale.

Vos tâches

  • Compiler et analyser des informations sur la régulation européenne dans les domaines des télécommunications, de la numérisation, des médias audiovisuels et des services postaux (y compris les services de paiement).
  • Etablir des rapports sur les l’évolution de la législation et de la réglementation dans les domaines pertinents pour l’OFCOM
  • Evaluer les conséquences juridiques, économiques et politiques de la législation de l’EU pour l’OFCOM et la Suisse
  • Entretenir un réseau de contacts avec les acteurs concernés dans les institutions de l’UE ainsi qu’avec les représentations permanentes des États membres
  • Représenter la Suisse à des réunions de l’UE et participer en tant qu’observateur/trice aux réunions des groupes de travail de l’AELE/EEE.

Votre profil

  • Formation universitaire, de préférence en droit, en sciences politiques, en économie ou en sciences humaines.
  • Connaissance et compréhension approfondies du fonctionnement des institutions de l’UE et du droit européen
  • Une solide connaissance de base des domaines de compétence de l’OFCOM (télécommunications, médias et audiovisuel, services postaux, numérisation) est un avantage.
  • Conscience des défis dans le domaine de la politique numérique – en particulier la réglementation des contenus en ligne, de l’économie des plateformes et de l’économie des données.
  • Bonnes connaissances actives d’au moins une deuxième langue officielle et, si possible, connaissances passives d’une troisième langue officielle et très bonnes connaissances actives de l’anglais

Informations complémentaires

Secrétariat du service Affaires internationales, tél. 058 460 54 50

Entrée en fonction: 01.08.2021 ou à convenir Numéro de référence: 45311

Pour postuler

Commission internationale humanitaire d’établissement des faits: Appel à candidatures pour un(e) éventuel(le) candidat(e) suisse

Commission internationale humanitaire d’établissement des faits: Appel à candidatures pour un(e) éventuel(le) candidat(e) suisse

Photo by Brett Sayles on Pexels.com

La Direction du droit international public DDIP a le plaisir d’attirer votre attention sur l’appel à candidatures suivant pour un(e) éventuel(le) candidat(e) suisse aux prochaines élections des membres de la Commission internationale humanitaire d’établissement des faits.

La Commission internationale humanitaire d’établissement des faits (CIHEF) est un organe permanent à la disposition de la communauté des États pour enquêter sur les allégations de violations du droit international humanitaire. Elle se compose de quinze experts et a son siège à Berne. La Suisse en tant que dépositaire des Conventions de Genève, en assume le secrétariat.

La Direction du droit international public du Département fédéral des affaires étrangères suisse lance un appel à candidatures pour un(e) éventuel(le) candidat(e) suisse aux prochaines élections des membres de la Commission internationale humanitaire d’établissement des faits (CIHEF).

La CIHEF est le seul organe permanent établi par un traité et chargé de traiter les incidents liés au droit international humanitaire. La Commission se tient à la disposition des parties à un conflit armé pour mener des enquêtes sur des violations présumées du droit international humanitaire et faciliter, grâce à ses bons offices, le rétablissement d’une attitude de respect du droit international humanitaire. Tous les cinq ans, les Etats qui ont accepté la compétence de la CIHEF élisent ses quinze membres. Les prochaines élections sont actuellement prévues en novembre 2021.

Pour de plus amples informations, en particulier sur les qualifications requises et le processus de nomination, veuillez consulter l’annonce ci-jointe. Si vous êtes intéressé(e), veuillez envoyer votre CV en anglais ou en français et une lettre de motivation à ihl@eda.admin.ch jusqu’au 10 mai 2021.

En cas de questions, veuillez contacter ihl@eda.admin.ch.

Meilleures salutations,

Direction du droit international public DDIP

Département fédéral des affaires étrangères DFAE

Kochergasse 10, 3003 Berne, Suisse
Tel. +41 58 46 5 07 68

ihl@eda.admin.ch

www.eda.admin.ch